cafe-land

Comment privilégier les petits producteurs de café ?

Une fois que le petit producteur de café sera renforcé, le but du projet est de multiplier le nombre de cafés, de favoriser ses qualités, et d’argumenter les revenus du producteur. Sachez que les cafés sont les produits phares et historiques des commerces équitables. Ils occupent une grande place unique au sein de l’histoire de Max Havelaar.

Le café, un produit historique des commerces équitables

Le café est un produit d’origine des pays des ceintures tropicaux, et il est le numéro un des produits échangés dans le monde entier. Il existe de nombreux facteurs qui le rendent comme des produits phares des commerces équitables comme :

  • En majorité, les cafés sont produits par les cultivateurs : sachez que le nombre de sacs de grain de café produit chaque année est près de 200 millions. Certainement vient des exploitations agricoles familiales (75 % des agriculteurs qui ont un terrain de café de six HA). Il y a au moins trente millions des agriculteurs qui cultivent 75 % des volumes totaux des cafés mondiaux.
  • Les coûts des cafés soumis à des fortes fluctuations jusqu’aux débuts de l’année 1981. Les marchés internationaux des cafés verts devenaient très encadrés. En 1990, l’AIC ou Accords internationaux sur le Café, régulaient les marchés près de 35 ans par des systèmes des quotas des productions.

Pourquoi faut-il privilégier les petits producteurs de café ?

Sachez qu’il y avait des petits arbustes dès le premier cycle du café, les caféiers, dont il existe deux variétés qui sont : les cafés robusta et les cafés arabica. Au bout de la quatrième année, après avoir été plantée, la cerise des cafés mûrit de façon en douceur sur l’arbre. Dans la petite plantation, ils seront récoltés de façon intégrée à main nue. En effet, toutes les cerises comptent deux graines de cafés chacun. Dès qu’ils ont été débarrassés de ces charnues, par deux techniques, les grains seront décortiqués, triés et exportés.

Comment Max Havelaar soutient-il les petits producteurs des cafés ?

Dans le domaine du café, les stabilisations de prix payé à la coopérative sont un effet très essentiel dans le secteur des commerces équitables ou Max Havelaar. Donc si jamais il y aura une chute de cours, les prix minimaux garantis agissent comme des filets des sécurités. Dans ce cas, le producteur de café recevra le double des prix payés sur le marché local conventionnel. Par contre, lorsque le cours de marché mondial est très élevé par rapport aux prix minimaux garantis, le producteur bénéficie et peut aussi négocier des meilleurs prix.

Quitter la version mobile